Olafur Eliasson au Château de Versailles

Sorties | Dans la nature | L'Esprit Créatif
Olafur Eliasson
Vous souhaitez visiter Paris? Séjournez à l'
Hôtel d'Orsay
Hôtel d'Orsay de la collection Esprit de France

Un été au château sous le signe de l'eau et de la lumière.

Avec l’arrivée tardive de l’été, une visite au Château de Versailles (à moins d’une demi-heure de Paris) s’impose. D’autant que l’invité de cette saison estivale, le plasticien islando-danois Olafur Eliasson, à l’opposé de son prédécesseur Anish Kapoor, s’est littéralement fondu dans le décor en parfaite harmonie avec son environnement éphémère.

OSMOSE

Avant d’installer ses œuvres, Olafur Eliasson est venu visiter le château à plusieurs reprises, de jour comme de nuit afin de s'imprégner de l’atmosphère des lieux. Résultat : une œuvre d’eau et de lumière qui se fond dans le décor et que le visiteur s’amuse à découvrir au gré de sa promenade dans les jardins ou au fil de sa déambulation dans le château. Le prétexte idéal pour enfin visiter le Château et ses jardins tout en (re)découvrant l’œuvre de l’artiste de la saison.

Olafur Eliasson succède ainsi à Jeff Koons (2008), Xavier Veilhan (2009), Takashi Murakami (2010), Bernar Venet (2011), Joana Vasconcelos (2012), Giuseppe Penone (2013), Lee Ufan (2014) et donc Anish Kapoor l’an dernier.

TRIPTYQUE AQUATIQUE

Tantôt cascade, tantôt brouillard ou moraine glaciaire (venue tout droit du Groenland), l’élément aquatique est présent sous toutes ses formes tandis que Eliasson s’amuse à diffracter la lumière sur son visiteur à travers un jeu de miroirs disséminés dans les pièces du château. Véritable jeu de pistes, à telle enseigne que l’artiste lui-même disait des oeuvres à l'intérieur du château : "Elles reposent entièrement sur l'idée d'exploration. On pourra passer à côté sans les remarquer".

GIGANTISME ET ROI SOLEIL

Coutumier des installations spectaculaires qui ont fait sa renommée internationale comme The Weather Project (2003) à la Tate Modern ou encore plus récemment Ice Watch, place du Panthéon, en décembre 2015, avec 12 blocs de glace venus du Groenland, Eliasson propose au visiteur une cascade gigantesque dont la cime se situe au sommet d’une grue qui surplombe le Grand Canal. Celle-ci a été pensée comme un clin d’œil à un projet d’André Le Nôtre, génial jardinier et créateur des jardins de Versailles, finalement abandonné, de fontaine monumentale. "Les œuvres diluent l'agencement formel des jardins tout en faisant revivre une idée originale, jamais réalisée, du paysagiste André Le Nôtre ; l'installation d'une cascade dans l'axe du Grand Canal", selon l'artiste.

Mais l’artiste est également connu pour son projet Little Sun lancé en 2012 (des lampes solaires portables “utilisant l'énergie naturelle du soleil là où l'énergie n’est ni accessible, ni fiable, ni renouvelable et coûte beaucoup trop cher”), comme une prédestination de son passage dans le domaine du Roi Soleil...