L’évènement du printemps à la Fondation Vuitton : Warhol versus Basquiat !

Expositions | Votre journée à Paris

Qui ne connaît les deux icônes que sont pour l’art américain Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat ? Le pape du Pop-Art et l’enfant terrible du Street Art sont à l’affiche de la Fondation Vuitton pour une exposition hors normes : les œuvres qu’ils ont réalisé à quatre mains en 1984 et 1985 lors d’une intense et inattendue collaboration. Tout a commencé en octobre 82 quand Bruno Bischofberger, alors galériste des deux artistes, décide de présenter Jean-Michel à Andy dont la gloire commence un peu à souffrir du succès que rencontre son jeune poulain et la nouvelle génération dont ce dernier fait partie. Contre toute attente, une véritable amitié naît entre les deux personnalités et quelques cent soixante œuvres vont naître d’un travail commun, dont environ une vingtaine seront montrés en 85 à la Galerie Tony Shafrazi. La critique fera quelque peu la moue car elle y verra une tentative pour chacun des artistes de profiter de la jeunesse de l’un ou de la célébrité de l’autre. Cependant, aujourd’hui, le regard que nous sommes amenés à porter sur les œuvres proposées est bien différent car la relation artistique des deux artistes nous intéresse aussi largement que le résultat pictural. Ainsi, si les deux versions que nous voyons de Arm and Hammer nous permettent de comprendre qu’au début de cette aventure, Basquiat intervenait avec quelque timidité par rapport à son aîné, le visage bariolé de Charlie Parker s’affirmant fortement dans la deuxième version montre que sa rapidité de réaction va très vite s’imposer.

Dos Cabezas juxtaposant les portraits des deux hommes reflètent ainsi la différence de leur personnalité et les défis que ce type de travail provoque de part et d’autre même si tous deux puisent leur inspiration dans la culture populaire : Warhol ressort ses pinceaux et Basquiat s’essaie à la sérigraphie mais leur esthétique demeure profondément différente. Basquiat n’hésite pas à recouvrir certains des motifs répétés de son aîné mais souvent, leurs interventions se succèdent pour créer une narration véhémente, telle African Masks, longue de plusieurs mètres. L’exposition s’attache à retracer cette période par les œuvres des deux stars bien sûr mais également en rendant compte de la scène artistique new yorkaise des années 1980 avec la proximité de Francesco Clemente et de street artists tels Keith Haring, Kenny Scharf et bien d’autres… Une exposition fascinante à bien des égards donc, que vous aurez certainement à cœur de compléter par une visite de l’exposition Basquiat Soundtracks que la Philharmonie consacre au rôle de la musique dans l’art de Basquiat. Celui-ci possédait une collection de plus de 3000 disques allant du jazz et de la soul, au reggae et au hip-hop mais il faisait en outre des expériences de création et de production musicale. Son imaginaire sonore s’inscrivait dans une culture prenant en compte l’héritage africain américain et les enjeux raciaux autant que la riche modernité de son époque. Les facettes de l’art new yorkais sont passionnantes autant qu’inépuisables !

  • Hotel Champs Elysées Paris - Hotel du Rond Point des Champs Elysees

    À partir de160€

    Avenue des Champs Elysées

    Plus d'informations

    Avenue des Champs Elysées

    Idéalement situé à quelques pas des Champs-Elysées, cet hôtel particulier a été entièrement rénové selon un concept de Dimore Studio.…
    Réserver
  • hotel-maison-armance-esprit-de-france

    À partir de295€

    Rue Cambon

    Plus d'informations

    Rue Cambon

    A proximité immédiate des boutiques de luxe de la rue Saint Honoré, de la place Vendôme et du Jardin des Tuileries, Maison Armance est un boutique
    Réserver
  • hôtel Brighton de la collection Esprit de France

    À partir de265€

    Jardin des Tuileries

    Plus d'informations

    Jardin des Tuileries

    L'Hôtel Brighton fut l'un des premiers hôtels de Paris. Il offre une vue sublime sur le Jardin des Tuileries, le Musée du Louvre et la
    Réserver