Une promenade au jardin des Tuileries par Esprit de France

Sorties | Dans la nature
Le jardin des Tuileries par Esprit de France
Vous souhaitez profiter d'une vue sur les jardins ? Séjournez à l'
Hôtel Brighton
hôtel Brighton de la collection Esprit de France

Les Tuileries, un jardin qui sait refléter l’histoire de Paris

Il faut remonter au XIIIème siècle pour trouver l’origine du Jardin des Tuileries aujourd’hui classé au Patrimoine mondial dans le cadre plus global des rives parisiennes de la Seine. En effet, à cette époque se trouvaient sur cette rive encore peu habitée, trois grandes fabriques de tuiles. Mais trois siècles plus tard, Catherine de Médicis rachète ces terrains et commence la construction d’un palais qui prendra pour nom Palais des Tuileries et s’ouvrira sur un vaste jardin à l’italienne reliant l’espace du Carrousel à celui de la Place de la Concorde. Henri IV fit relier ce Palais à celui du Louvre et Louis XIV le remodela entièrement chargeant en outre Le Notre de redessiner le jardin et de lui donner l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui. Il trace ainsi une allée centrale délimitée à l’est par un bassin rond et à l’ouest par un bassin orthogonal et il construit deux terrasses, celle du bord de l’eau parallèle à la Seine et celle des Feuillants (du nom d’un ancien couvent des Feuillants qui se trouvait à cet endroit), le long de laquelle sera ouverte la future rue de Rivoli. Très intelligemment, il est alors décidé que l’accès de ce jardin ne sera pas réservé à la famille royale mais qu’il sera ouvert aux Parisiens. Il devient donc accessible à tous et sur les terrasses, viennent s’installer cafés et restaurants ; moyennant deux sous, il est possible de louer une chaise sur la grande allée.

Statue Mercure au Jardin des TuileriesDe nombreuses statues commencent à orner le jardin : dès 1719, l’entrée principale est embellie par deux œuvres d’Antoine Coysevox, représentant Mercure et la Renommée sur un cheval ailé. Par la suite, Napoléon III qui fit du Palais des Tuileries sa résidence impériale, fait construire deux bâtiments identiques aux angles du jardin, proches de la Place de la Concorde : une Orangerie en 1852 accueillant aujourd’hui un musée d’art moderne ; un Jeu de Paume en 1861 hébergeant de nos jours un musée consacré à la photographie. Aujourd’hui, s’il ne reste rien du Palais qui a brûlé en 1871 pendant l’épisode de guerre civile de la Commune, le jardin des Tuileries demeure un des jardins publics les plus agréables de la capitale. Il est par ailleurs devenu une sorte de musée de la sculpture en plein air puisqu’il est possible d’y admirer, outre le célèbre Baiser de Rodin, des œuvres contemporaines de Louise Bourgeois, Henry Moore, Jean Dubuffet et même Giuseppe Penone.