Une saison hollandaise au Louvre

Sorties | Votre journée à Paris | Evénements culturels | Expositions | Musées
Peinture de Vermeer par Esprit de France
Vous souhaitez visiter Paris ? Séjournez à l'
Hôtel de la Place du Louvre
hotel de la Place du Louvre de la collection Esprit de France

Trois expositions consacrées au siècle d’or de l’art hollandais.

Ce n’est pas moins de trois expositions que le Musée du Louvre consacre ce printemps au siècle d’or de l’art hollandais, ce dix-septième siècle qui a connu des artistes aussi exceptionnels que Vermeer ou Rembrandt. Du premier, il nous est donné de voir rassemblées douze œuvres - ce qui est pour le moins exceptionnel de la part d’un artiste dont on n’en connaît aujourd’hui que trente-six – dans une exposition consacrée à la peinture de genre hollandaise. C’est la première fois depuis 1966 qu’une telle occasion nous est offerte et elle a le grand intérêt de mettre ces œuvres rares et singulières, en miroir avec celles produites par les contemporains de Vermeer, tels Gerard ter Borch, Jan Steen, Pieter de Hooch, Gerard Dou, etc. Tous ces peintres se spécialisent alors dans la représentation de scènes souvent élégantes et raffinées qui dépeignent des bourgeoises occupées à jouer d’un instrument de musique, à écrire une lettre probablement galante, à recevoir une visite, ou plus simplement encore à broder ou à réaliser une tache des plus quotidiennes. Derrière ces scènes faussement anodines et réalistes, il y a une sorte d’idéalisation de la vie privée bourgeoise, une célébration d’un mode de vie prisée par l’élite hollandaise très impliquée dans sa réussite sociale et économique. En effet, la fin du dix-septième siècle marque l’apogée de la puissance économique mondiale de la République des Provinces-Unies des Pays-Bas, une nouvelle force politique sur l’échiquier européen qui s’appuie sur la religion protestante et sur le commerce outre-mer. Les rapprochements que fait l’exposition pour mettre en évidence similitudes, différences, filiations, permettent également de comprendre ce qui fait la véritable originalité de Vermeer parmi ses œuvres qui paraissent souvent très semblables : il épure et sublime ses sujets par une utilisation très personnelle de l’espace et de la lumière. Nous avons particulièrement aimé la confrontation des deux tableaux qui ouvrent l’exposition  et qui représentent deux femmes pesant or et perles : celle de Pieter de Hooch s’offre dans une luxuriance de plans orangés très chauds et modernes alors que celle de Vermeer joue sur une lumière filtrée très subtile qui met en relief le visage de la femme et son plastron de fourrure blanche.

Les chefs d’œuvre de la collection Leiden

Dans le cadre de sa saison hollandaise, le Louvre présente également les chefs d’œuvre de la collection d’œuvres des peintres originaires de Leyde (Leiden aux Pays-Bas) que l’américain Thomas Kaplan et son épouse ont réunies depuis 2003. Elle comprend la plus importante collection d’œuvres de Rembrandt aujourd’hui en mains privées mais permet de découvrir d’autres artistes tel Jan Lievens dont Le Garçon à la cape et au turban est une pièce maîtresse que nous avons pris le temps d’admirer. A signaler également, l’exposition de dessins hollandais, dont d’admirables croquis de Rembrandt, qui commence le 24 mars.