Space Invaders

L'Esprit Créatif | Autour de l'art
space-invader par Esprit de France
Vous souhaitez découvrir Paris ? Séjournez à l'
Hôtel Aiglon
L'Hôtel Aiglon, situé dans le quartier de Montparnasse

Le Street Art, quand la ville devient un musée à ciel ouvert

Le Musée en Herbe, connu pour ses expositions visant un public familial, nous invite à découvrir Hello My Game Is. Quel est l’artiste derrière ce jeu ? Vous le connaissez sans doute, car Invader - c’est le pseudo derrière lequel il se cache – laisse un peu partout des traces de son passage en collant ses Space Invaders, petits personnages en mosaïque, sur les murs à la nuit tombée.

Toute l’histoire de ce street artist a commencé en 1998. Fidèle à son âme d’enfant, il a décidé d’envahir l’espace urbain de personnages tirés de jeux vidéos. Aujourd’hui, près de 3500 de ses créations sont réparties dans 67 villes à travers le monde. Il y en a même au fond de l’océan et dans l’espace, à bord de la station spatiale internationale !

Reprenant la forme des pixels des premières game boy, Invader puise là une grande partie de son inspiration artistique. La forme originale carrée des éléments donne à ses créations en mosaïque une esthétique « low tech » ou « 8-bit ». Pour nous plonger dans cette ambiance déjà quelque peu rétro, la première salle nous propose de nous essayer aux jeux des années 70 : Pong, Pac-Man... sur des bornes installées pour l'occasion.

La seconde salle nous permet de localiser les milliers de réalisations d’Invader dispatchées à travers la planète. Une table interactive affiche sur un écran géant des photos de rues prises dans le monde entier et sur lesquelles il est possible de repérer les petits envahisseurs du mosaïste.

Une autre facette du créateur se révèle dans la salle suivante. Il s’agit du Rubicubisme : néologisme pour un mouvement artistique inventé par Invader en 2005 lorsqu’il a commencé à utiliser des Rubik’s cubes comme matière première artistique. Parés de jumelles (ou de notre écran d’appareil photo sur notre téléphone portable), nous pouvons ainsi tenter d'identifier les personnages iconiques du monde de l'enfance entièrement réalisés avec ce matériau ludique. Nous avons été amusés d’y retrouver Peter Pan, l’enfant qui ne voulait pas grandir, auquel l’artiste s’identifie probablement.

La dernière salle, enfin, nous suggère de créer notre propre Space Invader sur un tableau magnétique à l'aide de petits carrés aimantés de différentes couleurs. Là, nous découvrons aussi son atelier, son matériel et une partie des masques utilisés par ce dernier pour rester anonyme lorsqu'il installe ses oeuvres.

Et finalement, il nous est possible de télécharger l'application FlashInvaders pour partir en quête des petits envahisseurs dans les rues parisiennes ou ailleurs, afin de différencier les vrais des faux, car Invader a de nombreux imitateurs !