Le magazine Apparences parle d’Esprit de France

publié le 11 juillet 2014
Ajouter un commentaire

Lisez l’interview du président d’Esprit de France, Christophe Paluel-Marmont, dans l’édition Printemps-Eté du magazine Apparences.

Esprit-de-France-in-Apparences-1

Le trésor de Naples – Les joyaux de San Gennaro

publié le 10 juillet 2014
Ajouter un commentaire

Le musée Maillol présente, pour la première fois en dehors de Naples, les joyaux de San Gennaro.

Saint Janvier, en italien San Gennaro, est un saint martyr vénéré par les napolitains. Ces derniers passèrent un contrat avec lui en janvier 1527, afin de protéger la ville de la peste, des laves du volcan en activité le Vésuve et des guerres.

Au travers de cette exposition, c’est un voyage dans le temps, dans l’histoire et dans un art sacré d’orfèvrerie. Une institution dénommée « La Députation » a depuis 1601 pour mission de recueillir les trésors que les napolitains donnent en offrande pour que San Gennaro respecte son engagement de protection de la ville et de ses habitants. Elle conserve des ampoules du sang du saint qui se liquéfie de manière régulière, tous les ans, depuis plusieurs centaines d’années.

L’exposition nous entraîne dans la découverte d’un trésor artistique (orfèvrerie, tableaux) parfaitement conservé tout au long des siècles.

Le trésor de Naples – Les joyaux de San Gennaro
Jusqu’au 20 juillet
Musée Maillol
59/61 rue de Grenelle
75007 PARIS
Tél. : 01.42.22.59.58
www.museemaillol.com

 

bloggif_53be4f024ccab

bloggif_53be4eefc475e

bloggif_53be4f0f32106

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Candido Portinari – Guerre et Paix

publié le 21 mai 2014
Ajouter un commentaire

Né en 1903, à Fazenda Santa Rosa, Candido Portinari est l’un des peintres brésiliens les plus importants du XXe siècle.

Son œuvre porte un regard critique et engagé sur les divers aspects de la vie brésilienne, comme le travail, l’enfance, les spécificités et le folklore populaires, la faune et la flore… autant de thèmes sociaux, historiques et religieux qu’il a à cœur d’évoquer. Une œuvre emblématique des rêves éthiques, politiques et esthétiques de Candido Portinari et de sa foi en l’être humain.

Venez découvrir le Projet Portinari au Grand Palais, une initiative exceptionnelle de son fils Joao Candido Portinari, séjournant très régulièrement comme son père,  à l’Hôtel Aiglon.

C’est une occasion unique de voir en France les panneaux Guerre et Paix qui sont installés, depuis 1957, au siège de l’ONU à New York.

Jusqu’au 9 juin 2014
Grand Palais
3 avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
www.grandpalais.fr

13_opt

12_opt

11_opt

Bill Viola

publié le 22 avril 2014
Ajouter un commentaire

Né en 1951, à New York, Bill Viola est sans conteste le plus célèbre représentant de l’art vidéo.

Dès le début des années 1970, il a créé des installations vidéo magistrales avec d’autres artistes qui deviendront également célèbres, comme Nam June Paik, Wolf Vostell et Richard Serra.

Cette exposition est la première rétrospective de cet artiste en France, et la première exposition d’art vidéo au Grand Palais  regroupant 40 ans de création de Bill Viola.

Mêlant images en mouvement et son dans une pénombre imaginaire, l’exposition vous invite à voyager d’une œuvre à l’autre en plongeant dans cet univers fascinant, féérique, magistrale.

Venez découvrir cet art encore peu connu, une aventure individuelle garantie.

Bill Viola
Jusqu’au 21 juillet 2014
Grand Palais
3 avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
http://www.grandpalais.fr

1

hqdefault

photo

 

 

De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes

publié le 17 avril 2014
Ajouter un commentaire

A l’occasion de l’exposition ‘’De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes’’, le Musée Jacquemart-André – proche de l’Hôtel Mansart – réunit une soixantaine d’œuvres de Watteau, Fragonard et de peintres de l’époque.

Dans des décors réels ou imaginaires, au travers d’un thème pictural qui traversa les siècles jusqu’à la Révolution Française, les artistes mettent en scène un sentiment amoureux représentant bergers et bergères au milieu de ruines antiques, entourés de nymphes de dieux et d’éléments de la mythologie.

Antoine Watteau est l’un des premiers peintres du début du XVIII° siècle à transposer le thème de la pastorale à la France, ainsi qu’à le moderniser et à peindre les Franciliens.

L’apothéose de ce style pictural se retrouve dans les tableaux de Boucher et Fragonard. Le genre des Fêtes Galantes, à la fois poétique et fantaisiste, ne survivra pas à la Révolution française et au Premier Empire, préférant les thèmes d’actualité.

Le musée Jacquemart-André vous invite à (re)découvrir cet art majeur.

Jusqu’au 21 juillet 2014
Musée Jacquemart-André
158 Boulevard Haussmann
75008 Paris
01 45 62 11 59
www.musee-jacquemart-andre.com

lancret_les_plaisirs_du_bain_-_retouche_lc_0

Capture d’écran 2014-04-15 à 10.20.11

watteau_recreation

 

 

Van Gogh / Artaud – Le suicidé de la société

publié le 02 avril 2014
Ajouter un commentaire

Van Gogh  plébiscité pour ses œuvres originales uniques et Artaud généralement connu comme écrivain, acteur, touche-à-tout se retrouvent aujourd’hui, grâce à leurs histoires, au musée d’Orsay.

Pourquoi cette association de Van Gogh et Le suicidé de la société ?

Le 23 décembre 1888, après une violente dispute, Vincent Van Gogh menace Paul Gauguin avec un rasoir. Gauguin sort alors précipitamment. Durant la nuit, Van Gogh, pris d’une crise de folie, se coupe une partie inférieure de l’oreille gauche. L’épisode est connu. Ce qui l’est moins, c’est qu’il l’enveloppa dans du papier journal pour aller la porter en cadeau à sa maîtresse, Rachel.

L’œuvre de Van Gogh est composée de plus de 2 000 toiles et dessins datant principalement des années 1880, fortement influencée par ses amis peintres, dont Paul Gauguin et Emile Bernard. Elle fait écho au milieu artistique européen de la fin du XIXe siècle.

L’originalité de l’exposition consacrée à Van Gogh, vous fera parcourir ses tableaux les plus majestueux ainsi qu’un choix de dessins, de lettres et d’œuvres graphiques du poète-dessinateur au musée d’Orsay, à deux pas de notre Hôtel d’Orsay  ou à quelques minutes de l’Hôtel Brighton.

L’exposition est une invitation à découvrir les multiples facettes des œuvres de ces deux artistes du XIXe siècle.

Van Gogh / Artaud – Le suicidé de la société
Du 11 Mars au 6 juillet 2014
Musée d’Orsay
1 Rue de la Légion d’Honneur
75007 Paris
01 40 49 48 14
http://www.musee-orsay.fr

 

port.vf.

Van_Gogh_Bles_jaunes

port.VanGogh

la-nuit-etoilee1

Hervé Perdriel. Art Jingle Contemporary

publié le 17 février 2014
Ajouter un commentaire

Hervé Perdriel
Art Jingle Contemporary
Exposition du 5 février au 5 mars 2014

Pour Hervé Perdriel, chaque photographie est une pièce d’identité qui fonctionne comme une mise en abîme, un jeu de piste : des visages et des portraits très lumineux se détachent sur un fond noir, appelant un regard à double distance. De loin, ce sont des portraits colorés. De près, la “matière” dont ils sont faits, apparaît : une multitude de photographies. Pour chacune, Hervé Perdriel dresse un portrait intime, une invisible “pièce d’identité” d’un personnage, fictif ou réel…

* * *

L’Hôtel Aiglon a la chance d’accueillir, depuis 2012, le portrait de Miles Davis dans son lobby.

Cet oeuvre s’intègre dans l’Esprit des lieux de l’hôtel, dans l’histoire du quartier de Montparnasse : la tradition des cabarets de la Gaîté et du boulevard Montparnasse, les musiciens jazz des années 50 – 70 et le foisonnement artistique pendant cet âge d’or.

Hervé Perdriel un artiste à découvrir ou redécouvrir…

31 bis, rue des Tournelles
75003 Paris
01 40 29 40 03
www.artjingle.com

Horaires d’ouverture :
Du mardi au samedi de 11h à 19h00
Le dimanche de 14h30 à 19h00.

"Red Head", Hervé Perdriel, 2014.

“Miles Davis”, tirage sur DIASEC contrecollé DIBOND avec caisse américaine, Hôtel Aiglon, Paris.

"Mick Paint", Hervé Perdriel, 2013.

“Mick Paint”, 2013, tirage sur DIASEC contrecollé DIBOND avec caisse américaine, 90 x 120 cm, tirage à 8 exemplaires, numéroté et signé. © www.artjingle.com

"Red Head", Hervé Perdriel, 2014.

“Red Head”, 2014, tirage sur DIASEC contrecollé DIBOND avec caisse américaine, 90 x 115 cm, tirage à 8 exemplaires, numéroté et signé. © www.artjingle.com

L’hôtel Aiglon Paris a revêtu ses habits de Noël

publié le 19 décembre 2013
Ajouter un commentaire

Noel-2013-Hotel-Aiglon-Montparnasse-1

Hotel_Aiglon_02

Hotel_Aiglon_03

Hotel_Aiglon_04

Hotel_Aiglon_05

Hotel_Aiglon_06

Hotel_Aiglon_07

Hotel_Aiglon_08

Hotel_Aiglon_09

Hotel_Aiglon_10

Hotel_Aiglon_11

Hotel_Aiglon_12

Hotel_Aiglon_13

Hotel_Aiglon_14

Hotel_Aiglon_15

Hotel_Aiglon_16

Hotel_Aiglon_17

Hotel_Aiglon_18

Hotel_Aiglon_19

Hotel_Aiglon_20

Frida Kahlo / Diego Rivera. « L’Art en fusion »

publié le 24 octobre 2013
Ajouter un commentaire

Frida Kahlo / Diego Rivera. « L’Art en fusion »
Musée de l’Orangerie
Du 9 octobre 2013 au 13 janvier 2014

Si Frida Kahlo (1907-1954) est aujourd’hui l’une des artistes les plus connues et les plus populaires de l’art mexicain du XXe siècle, c’est bien sûr grâce à sa personnalité et à l’originalité d’une œuvre qui échappe à toute tentative de classification. L’œuvre est ici avant tout l’expression du récit d’une vie. Vie tragique et tumultueuse, échappant à son tour à toute convention, connue dans le moindre détail et récemment portée à l’écran, faisant d’elle une véritable icône.

La seule évocation de son nom soulève enthousiasme et admiration, pourtant son œuvre est peu montrée. Sa production artistique n’a pas été exposée en France depuis quinze ans. La sélection proposée par le musée de l’Orangerie inclut des œuvres majeures de l’artiste, parmi lesquelles des chefs-d’œuvre du musée Olmedo, l’une des principales collections de l’œuvre de Frida Kahlo, dont la très célèbre Colonne brisée.

La vie et l’œuvre de Frida Kahlo sont indissociables de celles de son compagnon Diego Rivera (1886-1957). Ils sont entrés ensemble dans la légende et figurent tous deux au panthéon des artistes mexicains du XXe siècle. Célèbre pour ses grandes peintures murales, les peintures de chevalet, dessins, lithographies, qui constituent une part importante de sa production, sont moins connues du grand public en Europe. Le propos de l’exposition est de retracer son cheminement artistique, depuis les premières œuvres cubistes, témoignages de ses liens avec le milieu artistique parisien au cœur de la collection de l’Orangerie, jusqu’à celles qui firent de lui le fondateur de l’école mexicaine du XXe siècle. L’exposition est une invitation à découvrir les multiples facettes de l’art de Rivera dont les voyages à travers l’Europe ont nourri sa vision et son répertoire sans l’éloigner de ses racines. Il s’inscrira ainsi dans l’histoire comme le fondateur de l’école nationaliste.

L’originalité de l’exposition consacrée au couple mythique incarné par Diego Rivera et Frida Kahlo consiste à présenter leurs œuvres ensemble, comme pour confirmer leur divorce impossible, effectif dans les faits mais aussitôt remis en question après une seule année de séparation. Elle permettra aussi de mieux entrevoir leurs univers artistiques, si différents, mais également si complémentaires, par cet attachement commun et viscéral à leur terre mexicaine : cycle de la vie et de la mort, révolution et religion, réalisme et mysticisme, ouvriers et paysans.

Frida Kahlo / Diego Rivera. « L’Art en fusion »
Du 9 octobre 2013 au 13 janvier 2014
Musée de l’Orangerie
Jardin des Tuileries, côté Seine
75001 Paris
01 44 50 43 00
www.musee-orangerie.fr

Vendedora de Alcatraces, 1943 Huile sur masonite, 152 x 120,5 cm Collection particulière © Photo Francisco Kochen © ADAGP, Paris 2013

Vendedora de Alcatraces, 1943 Huile sur masonite, 152 x 120,5 cm Collection particulière © Photo Francisco Kochen © ADAGP, Paris 2013

Autorretrato con Traje de Terciopelo, 1926 Huile sur toile, 79,7 x 59,9 cm Collection particulière © Photo Francisco Kochen © ADAGP, Paris 2013

Autorretrato con Traje de Terciopelo, 1926 Huile sur toile, 79,7 x 59,9 cm Collection particulière © Photo Francisco Kochen © ADAGP, Paris 2013

Autorretrato con Chambergo, 1907 Huile sur toile, 85 x 62,2 cm Col. Museo Dolores Olmedo, Xochimilco, México Photographs by Erik Meza / Javier Otaola ; image © Archivo Museo Dolores Olmedo ©2013 Banco de México Diego Rivera Frida Kahlo Museums Trust, Mexico, D.F. / ADAGP, Paris

Autorretrato con Chambergo, 1907 Huile sur toile, 85 x 62,2 cm Col. Museo Dolores Olmedo, Xochimilco, México Photographs by Erik Meza / Javier Otaola ; image © Archivo Museo Dolores Olmedo ©2013 Banco de México Diego Rivera Frida Kahlo Museums Trust, Mexico, D.F. / ADAGP, Paris

Sebastião Salgado – “Genesis” – Maison Européenne de la Photographie

publié le 07 octobre 2013
Ajouter un commentaire

Sebastião Salgado
Maison Européenne de la Photographie
Du 25 septembre 2013 au 5 janvier 2014

30 voyages et 8 ans de travail auront été nécessaires à Sebastião Salgado pour nous proposer « Genesis », exposition de 245 photographies présentées depuis le 25 septembre et jusqu’au 5 janvier 2014 à la Maison Européenne de la Photographie. Avec « Genesis », Sebastião Salgado reste fidèle à son travail en noir et blanc, mais il s’éloigne de ses thèmes photojournalistiques de prédilection pour nous proposer un voyage dans la splendeur des paysages encore épargnés par la présence de l’homme. Le résultats est une ballade majestueuse sur la planète, organisée autour de 5 chapitres géographiques: “Aux confins du Sud“, “Sanctuaires naturels“, “Afrique“, “Terres du Nord” et “Amazonie et Pantanal“.

Lélia Wanick Salgado, femme du photographe et commissaire de l’exposition commente : « Genesis est la quête du monde des origines, celui qui a évolué pendant des millénaires avant d’être confronté au rythme de la vie actuelle, avant d’oublier ce qui fait de nous des êtres humains. Cette exposition nous présente des paysages, des animaux et des peuples qui ont su échapper au monde contemporain. Elle met à l’honneur ces régions vastes et lointaines où, intacte et silencieuse, la nature règne encore dans toute sa majesté. »

En plus du merveilleux voyage qu’elle offre aux spectateurs, « Genesis » présente un objectif de sensibilisation à la protection de ces paysages et civilisations, de notre planète si fragile.

Sebastião Salgado
Du 25 septembre 2013 au 5 janvier 2014
Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris
01 44 78 75 00
www.mep-fr.org

AMAZONIE ET PANTANAL Dans la région du Haut-Xingu, un groupe d’Indiens waura pêche dans le lac de Piyulaga près de leur village. Le bassin du Haut-Xingu abrite une population très diversifiée. État du Mato Grosso, Brésil, 2005. © Sebastião Salgado

Dans la région du Haut-Xingu, un groupe d’Indiens waura pêche dans le lac de Piyulaga près de leur village. Le bassin du Haut-Xingu abrite une population très diversifiée.
État du Mato Grosso, Brésil, 2005. © Sebastião Salgado

Sebastiao-Salgado-Genesis-MEP-Paris-Hotels-Esprit-de-France

Les baleines franches australes (Eubalaena australis) attirées par la péninsule
Valdés et l’abri de ses deux golfes, le golfe San José et le golfe Nuevo, nagent
souvent la nageoire caudale dressée hors de l’eau.
Péninsule Valdés, Argentine, 2004. © Sebastião Salgado

Page 1 sur 912345Dernier »

© Esprit de France - Réalisation : ARTIFICA - 2008 avec wordpress